Kobudō

lA vOIE DU bO

Kobudō

Dans les îles méridionales de l’archipel du Japon et notamment à Okinawa, plusieurs occupants militaires, tantôt chinois, tantôt japonais, ont interdit la possession et l’usage des armes (sabre et autres) à la population occupée, dans le but d’éviter les rébellions. C’est cette interdiction qui a favorisé le développement poussé des techniques de combat à mains nues, le Tō-de devenu plus tard karaté, ainsi que l’utilisation, en tant qu’armes, des ustensiles de la vie quotidienne, les “Kobudō”.

Les armes étudiées dans le kobudo d’Okinawa sont très nombreuses on en compte environ une vingtaine. Cependant ces dernières ne sont que très rarement toutes étudiées en occident au sein d’une même école. On pourrait même aller jusqu’à dire que seulement 5 armes sont principalement étudiées en occident. Ces dernières sont:

Le Bō

Bo ou bâton long est la première arme étudiée par le pratiquant. En principe, il mesure 1m82, possède une section ronde, et nécessite un maniement à deux mains. 

Nunchaku

Nunchaku ou fléau est très connu du public européen notamment grâce à Bruce Lee qui popularisa l’arme grâce à ses films.  Cette arme est composée de deux rondins de bois d’une trentaine de centimètres reliés par une corde ou une chaîne à l’une de ses extrémités.

Kama

Kama est une simple faucille utilisée par les agriculteurs à Okinawa.

Saï

Saï est une une sorte de trident court métallique dont la pique centrale est plus longue et dont les deux piques latérales sont légèrement courbées ce qui forme une garde. 

Tonfa

Tonfa est à l’origine de celle utilisé actuellement par certains membres des forces de l’ordre. Cependant contrairement à l’arme utilisée par nos forces de l’ordre, le tonfa traditionnel est en bois et possède une section plus large au niveau de la poignée si le reste de la section est ronde, ou une section carré.